[CUBA #2] - PATRIA O MUERTE !

Après notre périple en voilier qui nous a mené de la Havane à Maria la Gorda, il nous faut maintenant retourner à la Havane, le tout en une semaine et...de façon collaborative ! Adieu homards grillés sur le bateau et farniente, we are back on track :)!

 
 

Première difficulté relier le port à notre première ville étape Viñales, sur une route quasiment déserte, et le tout en auto-stop. Cojer botellas à Cuba est une pratique très courante, on dénote vite tâche au milieu de tous ces cubains au pouce levé ! D'autant qu'on nous propose souvent de nous prendre en stop moyennant une somme d'argent - parfois supérieure au prix des taxis ! Mais comme le dit le dicton : tout vient à point qui sait attendre. Vinales est une magnifique vallée aux paysages montagneux que nous parcourons à pied et en cheval collaboratif (oui oui ... en fin de journée nous sommes prises "en stop" par deux guides cubains qui nous font monter sur leur chevaux !). Cienfuegos est la prochaine destination sur notre route pour la Havane. Nous y séjournons dans une casa particular.

Casa quoi ? C'est très simple, un casa particular repose sur le même principe que Airbnb sans passer par internet étant donné que la connexion est difficile. Logées chez l'habitant - à un prix bien moindre que les hôtels bien sur - nous bénéficions des meilleurs conseils pour découvrir ce que cette ville possède de plus typique : petits marchés locaux (ou l'on ne peut payer qu'avec la monnaie locale les pesos cubanos et non pas la monnaie "réservée" aux touristes les pesos convertibles) ou itinéraires désertés des touristes. Bref une immersion dans la culture cubaine que seule l'économie collaborative rend possible ! Nos premières étapes donnent le la pour le reste des aventures nous séparant de la Havane : du stop sous le soleil, des casas particulares habitées par des locaux et une ribambelle de moustiques (toujours plus malins que les antimoustiques - et croyez nous on peut faire un benchmarking du marché Cubain en la matière) !

De Viñales à Trinidad, dernière ville avant la Havane, en passant par Cienfuegos, notre constat sur l'état de l'économie collaborative se précise : pour autant que l'esprit de partage existe à Cuba, au même titre que les valeurs de solidarité et de générosité, il reste très difficile pour les touristes de se fondre dans la communauté. Nous avons trouvé le bon filon : en précisant que nous sommes étudiantes avec un petit budget désireuses de découvrir la culture cubaine au contact de locaux, nous nous attirons la sympathie des gens que nous croisons sur notre route. Dès lors nous quittons notre déguisement de portefeuille ambulant et les situations incongrues s'enchaînent dans un carnaval haut-en-couleurs : du stop qui se termine en side-car ou charrette, des casas particulares à mi chemin entre le centre ville et la ville suivante...on a même reçu des dons. Bref un séjour à la into the wild mais au pays de la salsa !

Arrivées à la Havane, on troque nos shorts de randonneuses pour rejoindre Frederico notre couchsurfing. Ce brésilien de 29 ans travaillant à l'ambassade du Brésil nous héberge chez lui illégalement : en effet, impossible dans le droit Cubain d'inviter des étrangers à résider chez soi sans s'acquitter d'une taxe auprès du gouvernement. Mais notre intrépide s'affranchit des règles de la dictature pour enchanter notre dernière semaine à la Havane. Avec lui nous découvrons les bons plans de sortie, de plage et de visites dans la capitale. Entre ces moments de repos, on s'active pour préparer notre intervention lors d'une conférence dans le lycée français de Cuba sur l'économie collaborative. L'enthousiasme des élèves à l'égard de ce modèle alternatif de consommation nous transporte de joie et cette matinée d'échange confirme que la jeunesse envisage de consommer, produire et travailler selon des codes qui leur sont proposés ou l'épanouissement individuel et la quête de sens deviennent des moteurs qui orientent leur prise de décision. D'ailleurs si vous aussi vous souhaitez en savoir n'hésitez pas à télécharger notre présentation sur le sujet disponible sur notre site internet !

 

*_*_*_*_* ENGLISH VERSION *_*_*_*_*

 

After our stay on Alejandro's boat from La Habana to Maria La Gorda, it is time for us to go back to La Habana. We have one week to travel through the island only using the sharing economy ! Goodbye grilled lobsters and farniente on the boat, we are back on track ! The first difficulty is to join hitchhiking Viñales from the harbor located on a desertic road. Cojer botellas in Cuba is something very common. We tried all we can to look like locals but our accent betrays us and competition is hard: some cars stopped and proposed to drive us but...for prices even higher than regular taxis! Viñales is a wonderful valley in the middle of mountains that we discover walking and ... Horse-Sharing: at the end of the day, two guides with a group of tourists having a horse excursions took us on the back of their horse! Cienfuegos is the next destination on our way to La Habana. We stay in a casa particular that is basically the same as Airbnb but without any website as the Internet connection is hardly accessible in Cuba. Hosted at locals place - for much lower prices than hostels of course, we get the best advices to discover typically the town: itineraries without tourists and local markets where we can only pay with local currency - los pesos y not with the currency reserved to tourists. To sum up: an immersion in the Cubam culture made possible by the sharing economy only! Our stops are really similar during our way to la habana: hitchhiking under the sun, sleeping at Casas particulares with locals and...mosquitos (always more clever than repellents - and we could do a benchmarking of the Cuban market of repellents!). From Viñales to Trinidad, our last stop before La Habana, passing by Cienfuegos, we confirm our first thoughts about the state of the sharing economy in Cuba: what is sure is that the sharing spirit exists as well as solidarity and generosity, yet it is very difficult for tourists to melt into the community. We found the most efficient way to get in touch with Cubans, we precise to them that we are two students traveling around the world with a low budget to discover locals and everybody is really eager to help us during our journey! People stop to consider us as living wallets to help us: we are taken hitchhiking in a sidecar or with horse cars, we are hosted in low budget Casas particulares really half way between the center of the city and ...the next city! In a world: it is a "into the wild" trip but in the country of salsa!

Arrived in La Habana, we met Frederico our Couchsurfer. This Brazilian hosts us illegaly as it is forbidden for locals to have people at one’s place for free. But for this lover of meeting new people with different cultures, no way not to use the collaborative website Couchsurfing. During our last week in La Habana, we organized a conference on the Sharing Economy at the French High School of La Habana.