[CUBA #1] - DE PÊCHE ET D'EAU SALÉE

Remisées nos bottes en moutons islandais et parées de nos maillots, on est prêtes pour débuter nos aventures cubaines ! C’est parti pour notre deuxième pays de notre tour du monde uniquement via l’économie collaborative.

Fraichement débarquées à La Habana, pas le temps de s’émerveiller devant les ruines des bâtiments colossaux de la capitale, direction : la marina Hemingway !

Nous rejoignons Alejandro, un marin colombien de 31 ans et son bateau de 33 pieds que nous avons rencontré via la plateforme collaborative Find A Crew. Ce site internet met en relation des mousses comme nous prêts à prêter main forte avec des capitaines de navire. 

Durant 3 semaines et en échange de notre couchette sur le « Rendez-vous II », nous avons aidé à la vie quotidienne sur le bateau : lever la voile (pas tous les jours évident), pêcher et le plus important cuisiner nos trouvailles de la journée. Si on avait su que l’économie collaborative nous permettrait de manger gratuitement des langoustes grillées au barbecue face au coucher de soleil tous les soirs...

Avec Alejandro, nous avons navigué de La Habana à l’extrémité Ouest de l’ile. Nous mettons les voiles suivant des paysages de montagnes qui se jettent à perte de vue sur des plages désertes. Au détour de notre route, nous croisons des pêcheurs cubains avec qui nous échangeons des ustensiles de navigation rares à Cuba contre des poissons fraichement pêchés. Ces échanges avec les locaux confirment nos premiers ressentis sur la réalité de l’économie collaborative à Cuba. Au sein de la communauté cubaine, ce système socio-économique existe dans la pratique : un tel prête à son voisin son marteau pendant que leurs épouses se partagent les réserves de riz... Néanmoins, il est quasiment impossible pour les touristes d’accéder à cette sphère de l’échange. L’absence d’internet et le contrôle du régime dictatorial sur les relations entre locaux et étrangers entravent le développement de l’économie collaborative à grande échelle. Conclusion après 3 semaines d’immersion en terres cubaines : il faut muscler notre espagnol pour passer pour des locales – « no problemo espagnolo facilo ! »

 
 

Seule ombre au tableau, la présence du régime dictatorial qui nous empêche d’accéder sur terre à notre guise, seuls quelques rares ports de pêche nous autorisent à pénétrer sur le territoire. Ainsi, les denrées viennent rapidement à manquer sur le bateau et notre lifestyle glisse sur une pente très « Robinson Crusoé » ! 

Malgré les aléas de la vie en mer, notre quotidien est le théâtre de moments de convivialité et de bonne entente. Alejandro nous invite dans son univers et partage avec nous sa philosophie de vie : profiter de la nature, découvrir la culture cubaine en partant à la rencontre des locaux en dehors des sentiers touristiques, faire du paddle et du snorkelling. Bref en un mot, c’est le Hakuna Matata des temps modernes en position du lotus : apprendre à se réjouir des plaisirs simples de la vie – pas très étonnant de la part d’un fondu de yoga et méditation, végétarien de surcroit et dont le cœur se serre a chaque fois qu’il s’agit de tuer les poissons pêchés...

 
 

Nos trois semaines sur le bateau touchent à leur fin ! Nous retiendrons de cette seconde expérience collaborative via la plateforme Find A Crew notre rencontre avec Alejandro avec qui nous n’avons partagé le cout de la vie (frais de port, courses) et quelques heures de travail par jour contre son hospitalité.

L’économie collaborative voit plus loin qu’un simple échange mercantile ou l’acquisition d’un bien ou service à moindre cout : ce système place au cœur de sa logique la rencontre humaine. Et c’est la larme à l’œil (du fait des embruns marins bien évidemment...), grandies d’un ami, que nous nous attelons à nos sacs à dos et préparons notre panneau de stop pour Viñales.

 

 

*_*_*_* ENGLISH VERSION BELOW  *_*_*_*

 

 

Goodbye to our warm clothes from Iceland, hello our swimsuits: we are ready for our adventures in Cuba! Let’s go discover this second country of our 7-month around-the-world trip only using the Sharing Economy.

Barely arrived in La Habana, no time for us to contemplate the old and colossal monuments of the capital, we have to go the Marina Hemingway! There, we join Alejandro, a 31 years old Columbian sailor on his 33 feet boat that we met through the collaborative platform Find A Crew. This website connects deckhands like us ready to help with the daily chores with boats’ captains.

During 3 weeks and in exchange of accommodation on the “Rendez-vous II”, we help with the daily life on boat: raising sails (not so easy every day), fishing and the most important cooking what we have fished during the daily. If we would have known that the Sharing Economy would have made us eat grilled lobsters every night in front of the sunset – and for free!

With Alejandro, we navigate from La Habana to the West of the island following landscapes with mountains falling into deserted beaches. On our road, we meet some fishermen with who we exchange some navigation tools – very rare in Cuba – with fresh fishes. These exchanges confirm our first thoughts about the state of the Sharing Economy in Cuba. In the local community, this socio-economic model exists in the daily life: neighbours exchange their tools, rice... Nonetheless, it is almost impossible for tourist to access this sharing sphere. The lack of Internet and the control of the dictator over the relationships between locals and foreigners are obstacles to the development of the Sharing Economy at a bigger scale. Our conclusion after 3 weeks of immersion in Cuban lands: we have to work on our Spanish so that people think we’re Cuban – « no problemo espagnolo facilo! »

The only problem is the presence of the dictatorship that prevent us to go on Earth as we would like to, only few harbours let us access the territory. Thus, the food is missing and our lifestyle dangerously turns into the one of Robinson Crusoe!

Despite these little problems, we live in a sharing and welcoming atmosphere. Alejandro invites us to discover his universe and share with him his life philosophy: enjoying nature, discovering the culture through local people outside of the touristic areas, paddling and snorkelling. In a word, it is the Hakuna Matata of modern times in the position of lotus: learning to enjoy simple pleasure of life – not very surprising from this yoga addict/meditation fan/veggie guy!

Our 3 weeks on the boat are done now! We will remember from this second collaborative experience on the Find A Crew platform Alejandro with who we shared cost of life (harbour fees, vegetables, fruits) and some hours of work a fay in exchange for accommodation.

The Sharing Economy is way much more than a simple mercantile exchange or the acquisition of a service or good for low cost: this system puts the human at the centre of everything. Preparing our hitchhiking board for Viñales, we are getting ready for the next step and it is with a lot of emotions that we left a friend in the Harbour of Cabo de San Antonio.