[BOLIVIE #1] – EN EL CAMINO DE LA PACHAMAMA !

Nouveau changement de décor pour les Sharing Roots : remisés Castro et sa clic, nous revoilà pour le troisième pays de notre tour du monde, la très spirituelle Bolivie ! Et on s’en souviendra de notre arrivée tonitruante à La Paz : après 24 heures de vol, le cœur (et l’estomac...) serré par l’altitude de la capitale bolivienne, nichée dans les montagnes à près de 5.000 mètres, nous rejoignons finalement les bras de Morphée pour un petit somme de ... 19heures ! On l’aura savouré notre tout premier Airbnb du voyage. 

Reposées, on reprend du poil de la bête pour se rendre dans la ville de Cochabamba, encore un petit effort avant de rejoindre la communauté Janajpacha. Papa(s), Maman(s) : on se détend, il ne s’agit ni d’une secte, ni d’un groupuscule cannibale ! La communauté Janajpacha est une communauté chamanique et écologique, où règne la bienveillante Pachamama, pas la peine de « facebooker » le personnage, peu de chance qu’elle figure dans votre liste de contact !

 
 

Pachamama, littéralement mère nature, est une icône sacrée de la culture ancestrale et des rites incas. La communauté où nous résidons propose un mode de vie alternatif où méditation et séances de réflexion permettent aux membres qui la constituent de trouver leur chemin intérieur vers le bonheur. Fondée par Luiz Ernesto Espinosa, aka Chamalú, il y a de cela 25 ans, la communauté accueille des individus venus de tous les pays du monde et principalement d’Amérique du Sud, enclins de spiritualité et désireux de vivre en harmonie avec la nature. 

Bon fini le copié-collé du site Web de la communauté, vous voulez des détails insolites ? Cela tombe bien les lieux en regorgent, commençons par l’architecture de la communauté : construite en forme de mandala, entre village de Schtroumfs et maisons de Hobbits, les habitants de la communauté partagent leur espace de vie avec deux lamas, des totems, des statues et une colonie d’araignées – qu’il est (en théorie) interdit d’écraser d’un revers de Havaianas. Ooups ! 

Question exotisme l’emploi du temps n’est pas en reste non plus : un réveil tout en douceur à 6h00 avec une séance de méditation, quoi de mieux qu’un poncho et des coups de tambourin pour se mettre en jambes avant un petit-déjeuner dont la consistance et le goût rappellent vaguement la nourriture de la volaille ?! De 8h00 à 13h00, les membres de la communauté se partagent les tâches à effectuer : maintenir les espaces communs (entendre « récurer les chiottes »), traduire les œuvres de Chamalú, dépoter et empoter dans le jardin ainsi que faire à manger pour tout ce petit monde ! On a (presque) réussi à instaurer le principe du shotgun dans ce havre de paix, et passons le plus clair de notre temps dans la cuisine qui s’est avérée être...100% végétarienne - interdiction donc de toucher aux lamas du jardin ! Après s’être rassasiés la panse de pois chiches, manioc et herbes dont on n’a toujours pas vraiment saisi le nom, chacun regagne ses quartiers jusqu’au diner. Et si en France le diner s’achève autour d’un café, que nenni : ici c’est séance de réflexion à partir des disques audio de Chamalú dont la philosophie porte sur le bonheur, l’amour et la liberté ! Bref un style de vie vraiment alternatif !

D’ailleurs parlant alternatif, quel est le lien avec l’économie collaborative ? Man, business is not only business... L’économie collaborative, pour la plupart du temps entendue comme un système d’échange basé sur le don, le troc ou l’échange au sein d’une communauté, décrit également des modes de vie alternatifs.  Vous l’aurez compris, on est bien loin de l’adolescent sous perfusion de Roycutane, au croisement entre le MacDo de Parmentier et le Nike Store des Champs Elysées, chaussés de ses Stan Smith, Ipod aux oreilles en train de décapsuler un Coca-Cola ! Les habitants de la communauté s’affairent à leur quête du bonheur, que le contact avec la nature, selon les préceptes de Chamalú et les rites de la Pachamama, la méditation et la réflexion leur permettent de trouver.

 

Ces deux semaines où nous résidons dans ces lieux en échange de notre aide nous permettent de découvrir un autre mode de pensée, une autre façon de vivre. Un « Mange, prie, aime » très spirituel et authentique dont on retiendra surtout le « aime ». 

 

 

*_*_*_*_*_*_* ENGLISH VERSION *_*_*_*_*_*_*

 

 

New change of scene for the Sharing Roots: goodbye Castro and cie, we are on the road for the third country of our round-the-world journey, the very spiritual Bolivia! And we will remember for a long – very long – time of our booming arrival at La Paz: after a 24 hours flight, we eventually reach Morpheus' arms for a 19 hours sleep as we are sick because of the altitude of the capital of Bolivia at over 3.500km above sea level.  Oh my God, we really enjoyed our first night in an Airbnb since we left France!

Rested, we resume our road to the city of Cochabamba, a last effort before reaching the community of Janajpacha. Daddy(s), Mummy(s): everything is gonna be all right, it is neither a sect nor a cannibalistic group! The Janajpacha community is a shamanic and ecological community influenced by Pachamama – no need to look on Facebook, there is little chance that you find her in your friends list! Pachamama, literally mother earth, is a sacred icon of the ancestral culture and Incas’ rites. The community where we stay offers an alternative way of living where meditation and reflexion permit to people to find their inner way to Happiness and achieve fulfilment. Founded by Luiz Ernesto Espinoza aka Chamalú 25 years ago, the community hosts people from all over the world, mainly from South America, open to spirituality and willing to live in harmony with nature.

Ok now we’re done with the copy-paste from the community’s website, you want more crusty details? This place is full of it! Let’s start with the architecture of the community: built as a mandala, between the Schtroumfs village and the Hobbits’ houses, the inhabitants of the community share their place with two lamas, totems, statues and a colony of spiders – that are (in theory) forbidden to be scratched with Havaianas. Ooups!

When it comes to exotics, we can mention also the timetable: we wake up at 6:00 AM for meditation, what’s best to be up for a breakfast made with food for chickens that a poncho and drumbeats?! From 8:00 AM to 1:00 PM, the members of the community share the chores that need to be done: maintaining the common areas (literally cleaning the washrooms), translating the books of Chamalú, working in the garden and preparing the meals for the entire community. We’ve almost managed to implement the principle of “shotgun” in this holy place, and we spend most of our time cooking in the kitchen that is actually... 100% veggie – interdiction to eat the lamas from the garden! After a meal made with chickpeas, manioc and other weeds we don’t know the name, everybody is free to do whatever they want until diner. If in France we usually end dinner with a coffee, here we end dinner listening audio disks of Chamalú and his philosophy based on happiness, love and liberty! In a nutshell, that’s really an alternative lifestyle.

Speaking of alternative, what is the link of all that with the Alternative Economy? Man, business is not only about business...The collaborative economy, most of the time defined as an economic system based on exchange among a community, also describes alternative lifestyles.

During the two weeks we are staying in the community in exchange of our work, we have discovered a different way of thinking, another way of living. A very spiritual and authentic “eat, pray, love” from which we’ll above all remember the “love” part.